capoeira

Mêlant danse, chant et combat, la capoeira est un art martial afro-brésilien puisant ses origines de la période de l’esclavage au Brésil. Son ambiance récréative, sportive et rituellement acrobatique en fait l’une des disciplines les plus fantasques et les plus complètes du monde. Si vous envisagez de l’apprendre, voici nos conseils pour y arriver.     

Historique de la capoeira

L’origine de la capoeira a longtemps fait l’objet de débats. Plusieurs historiens ont attribué des sources différentes à cet art martial ancestral et aucun d’entre eux n’a entièrement tort.

La capoeira est apparue en effet dans la parfaite clandestinité ; il n’y a donc aucune preuve écrite pour retracer intégralement son histoire. Cependant, la version la plus acceptée de son apparition est celle afro-brésilienne du XVIe siècle. Pour minimiser les risques de révoltes, les colons portugais ont dégroupé puis mélangé différents clans africains. De cette mixité de tribus, seraient apparus les premiers mouvements de capoeira.

Cette pratique des esclaves exprimait leur dissidence vis-à-vis de la société esclavagiste. Les premiers pratiquants (capoeiristes) noirs camouflaient leurs entraînements sous l’apparence d’un jeu. Dès que les colons approchaient, le côté belliqueux des enchaînements se transformait illico en danse agile mêlée de chants et de rythmes d’instruments de musique destinée à tromper la vigilance des maîtres qui la confondaient à un simple divertissement d’esclaves.

Bref, c’est cette finalité ludique qui a façonné la capoeira que nous connaissons aujourd’hui : un art à la fois défensif, socioculturel, traditionnel et à l’allure enfantine. Elle définit aujourd’hui le Brésil.                

Pratiquer la capoeira, est-ce légal ?

capoeira pratiquer

Apprendre et pratiquer la capoeira n’enfreint en rien les normes en vigueur. L’important étant que l’institut ou la structure chargée de la formation dispose d’une autorisation à cet effet.

La France à l’instar de la plupart des pays de l’UE ne dispose pas de fédération dédiée à ce sport. Il est ainsi difficile de répertorier le nombre exact de pratiquants de cet art martial en vogue dans la plupart des régions. La tranche d’âge des capoeiristes en régions françaises varie entre 15 et 35 ans.

N’étant pas un sport de contact, il n’est particulièrement pas dangereux. Aucun coup n’est porté durant les exercices et il n’y a très souvent aucun gagnant ; l’objectif étant de s’imprégner du jeu, de la musique, de la danse et de la philosophie de la capoeira.

Notez aussi que les techniques et mouvements enseignés varient d’un maître capoeiriste à un autre. Ce dernier l’ayant lui-même hérité de son école de formation.    

L’équipement réglementaire

Comme la plupart des arts martiaux, la capoeira se pratique généralement avec une tenue spéciale. Traditionnellement, au Brésil, les hommes sont vêtus d’un abadá (le pantalon traditionnel de capoeira) et restent torse nu. Pour votre premier cours en salle, restez en tenue légère (t-shirt blanc + abadá). Les habitués de la pratique se munissent la plupart du temps d’une corde pour l’entraînement.

Les femmes doivent, elles, compléter leur tenue d’une brassière de sport. Pas de baskets. La capoeira se pratique pieds nus. Procurez-vous l’équipement nécessaire pour vos entraînements sur roda-capoeira.com.         

Pratiquer la capoeira : nos conseils

Prêt à vous mettre à la capoeira ? Parfait ! Voici quelques conseils qui devraient vous aider.

Trouvez le bon centre pour la pratique

De nombreuses structures de formations en capoeira émergent de nos jours. Optez pour une école proche de chez vous et renseignez-vous beaucoup sur les profils des « Mestres », des « Contra-Mestres » et du promoteur (et professeur principal). Rendez-vous sur les réseaux sociaux et sur le site officiel de ladite école pour vous assurer de sa bonne e-réputation et vérifier les avis émis à son sujet.

Commencez tout doucement

Pour un début dans la discipline, le dégoût de ne pas être au pas et la crainte de ne pas pouvoir maîtriser les enchaînements contraignent les débutants à investir une bonne partie de leur temps dans l’entraînement à la salle. Une attitude à éviter si vous souhaitez progresser comme il se doit dans la capoeira.

Il n’est pas nécessaire de la pratiquer tous les jours de la semaine. Commencez tout doucement avec un rythme d’un cours ou deux par semaine pour assimiler les mouvements et les déplacements avant de passer à un niveau supérieur. Si vous décidez de passer subitement à un rythme de 4 à 5 entraînements par semaine, votre corps ne suivra certainement pas.

Échauffez-vous avant l’entraînement

La capoeira, c’est les pas de danse, les acrobaties, le rythme, les grands pas, les sauts… Il est donc primordial que vous soyez ponctuel pour suivre la séance d’échauffement préalable à la capoeira.

Talons-fesses, flexions, rotation des articulations, pompes… sont entre autres mouvements que vous pourrez enchaîner pendant 10 minutes avant la séance.

Observez puis choisissez un style

C’est l’astuce par excellence pour mieux apprendre la capoeira. Observez attentivement vos aînés et découvrez petit à petit les mouvements clés de cet art martial. C’est également un excellent moyen de limiter les faux pas dans la roda. Adoptez ensuite un style en fonction de vos préférences, de la souplesse de votre corps et des conseils de votre coach.

Il existe en effet plusieurs styles de capoeira : la régionale (version plus rapide), la stylisée (version de banlieue), l’Angolaise (version lente) et l’Acrobatique.

Lancez-vous

Il est maintenant temps de mettre votre honte et votre peur de côté pour vous lancer dans le grand bain. Les débutants ont souvent tendance à minimiser leur niveau par rapport aux autres élèves, et c’est tout à fait normal. Cependant, gardez à l’esprit que tous les mestres d’aujourd’hui ont été débutants et sont aussi passés par votre étape. Ne vous donnez plus d’excuses et allez jouer dans la roda. Vous ne pourrez que progresser.            

Categories:

Tags:

Comments are closed